Final project

Cette partie concerne les étudiants qui on fait le Final Project (Senior sophister).

Comment trouver son projet?

Expérience de Thomas

Pour ma part, Nadège Le Pironnec étant partie l’année précédente à mon aventure, elle avait fait son stage à Celerity , et avait parlé de l’existence de projet, qui peut être considéré comme une première partie. 

Le manager de Celerity, Ken Halpin, étant intéressé par ce système, a contacté l’IFSIC vers novembre – décembre, afin de trouver un stagiaire. J’ai fourni un CV et une lettre de motivation, ensuite j’ai passé un entretien téléphonique avec un autre étudiant, en Master 2 CCI. Suite à cet entretien, qui a eu lieu début janvier, j’ai pu rencontrer Ken Halpin à Dublin et ainsi commencer mon projet, vers fin février, soit un mois après mon arrivée irlandaise. 

Un mois de communication difficile entre le manager de Celerity et Trinity, car tout le monde se rejetait la responsabilité et ne savait pas quelles sont les démarches pour un projet en dehors de Trinity. La personne la mieux placée est en fait Martin Emms, le responsable Erasmus de Trinity College Dublin. Il faut dire que j’ai été le premier à vouloir faire mon projet dans une entreprise extérieure, donc au niveau administratif, c’est de l’inédit… et donc au niveau de l’organisation, c’est au cas par cas. Et pas facile à gérer car il ne faut pas être pressé… En effet, il faut que Martin Emms vous cherche un superviseur, un membre de Trinity College, une fois ce superviseur trouvé, le tour est joué.

Le déroulement du projet

Témoignages de Thomas

Le sujet est à déterminer suivant les besoins de l’entreprise, et il faut qu’il soit en concordance avec un sujet pour IUP3. Le projet étant en théorie une première partie, il sera judicieux de le faire valider par le responsable de l’IUP3, et par le responsable Erasmus à l’IFSIC. 

Le projet à Trinity se réalise en travail individuel. 

En IUP 3ème année, le projet s’établit sur la base de 30 jours, comme le projet à Trinity est annuel, il faudra réaliser le projet en environ 30 jours. Le second semestre étant constitué de 15 semaines (Hilary term : neuf semaines, Trinity term : six semaines). Vous arriverez environ 3 semaines en retard par rapport au début, soit 12 semaines en tout pour cet échange Erasmus. Ce qui représente 2.5 jours par semaine alloué au projet. 

Il est relativement compliqué à expliquer le système du projet à une université irlandaise, qui ne connaissent pas forcement ce système. Le plus simple sera de demander à l’IFSIC une fiche d’informations détaillant le principe du projet en France : nombre de jours, exemples de sujet, domaine de compétences, ce que l’entreprise peut attendre de nous. Normalement, le projet est géré uniquement par Trinity, mais ne comptez pas avoir une telle fiche d’information, pour eux le projet se déroule dans Trinity, si vous voulez changer de principe, en gros : débrouillez-vous. Pour moi, cette fiche doit être faite par l’IFSIC, avec un parallèle du projet géré par Trinity : supervisé par un membre de Trinity, soutenance puis rapport écrit noté. Le tout géré par Martin Emms. Je n’ai pas pu faire cette fiche, faute de temps, alors à vous de jouer ! 

En ce qui concerne les frais…ça peut être quitte ou double, pour ma part, je n’ai rien reçu du tout, seul mon stage devait être rémunéré. A vous de bien négocier, mais par contre n'y comptez pas trop ! 

Essayez de trouver un projet pas trop loin du centre ou de votre lieu d’habitation, plus facile pour aller à la fois à Trinity et dans votre future entreprise d’accueil. Cela vous fera gagner du temps et de l’argent.

Le projet vu par Trinity

Au niveau de Trinity, le projet se déroule sur l’année, et commence donc dès octobre. Essayez de trouver votre projet bien avant de partir, en effet les sujets les plus intéressants partent rapidement. Les autres étudiants commencent donc bien avant vous, alors il est nécessaire de le trouver dès octobre - novembre.

Après pour un projet en dehors de Trinity, trouvez vous une entreprise pour votre stage, essayer de lui parler du projet, de son mode de fonctionnement à la fois en France et à Trinity. Ensuite, si ça se déroule bien, jouez le médiateur entre Trinity (avec Martin Emms, je pense que c’est la personne la plus apte) et l’entreprise, ceci afin de trouver un superviseur. Faire ceci avant de partir vous permettra de gagner beaucoup de temps à expliquer votre cas lors de votre arrivée. En effet, il y a trois semaines de vacances entre les deux trimestres, courant Mars. Si à votre arrivée, vous commencez à vous préoccuper du projet, un bon mois de tractation plus tard… et on est déjà fin février. Plus que deux semaines avant les vacances. Donc ça fait un peu juste, après c’est mon avis, libre à vous de vous organiser comme vous le souhaitez.

Résumé

Expérience de Thomas

Projet trouvé grâce à Nadège, car elle a effectué son stage l’année précédente.

Environ 3 jours de travail par semaine, un peu plus sur la fin.

Pas de rémunération possible, donc pas de prises en charge de frais de déplacement ni d’indemnités quelconques.

Pas de bureau disponible à Celerity : visite une fois tous les 10 jours, et correspondance par mail avec Ken Halpin, le manager de Celerity, dès que nécessaire.

Rencontre avec le superviseur à Trinity toutes les semaines.

Soutenance prévue courant mai, ayant commencé trop tard, je n’y ai pas eu droit. Pas noté.

Rapport écrit et noté à rendre début mai. J’ai pu le rendre vers le 20 mai. Le rapport doit suivre une présentation précise, donnée sur la page des projets.

Software Engineering Group Project

Cette partie concerne le projet de Junior Sophister (3ème année) que nous avons suivi à Trinity. Ce cours consiste à préparer un projet en entreprise, parmi différents projets proposés par différentes entreprises. Au début du semestre les étudiants sont affectés dans différents groupes et dans différentes grosses entreprises. Fabien a travaillé chez AIB une grosse banque irlandaise, Guillaume chez Google dans les headquarters européens, Baptiste chez IBM, Jordan pour le Waterford County Council. Les projets à faire sont assez divers, ils sont attribués selon les préférences des groupes. Les groupes sont composés d’étudiants de deuxième et troisième année.

Témoignage de Jordan

En tant que futur jeune cadre dynamique, il sera plus intéressant pour vous de participer à ce cours en tant qu’étudiant en 3ème année, sachant que vous aurez alors le rôle de mentor et que vous aurez “sous votre aile” un deuxième année en tant que mentee. Vous toucherez plus à l’aspect gestion, analyse et conception du projet, tandis que les deuxième années s’occuperont de l’aspect plus technique. Ce cours est très intéressant puisqu’il vous permet d’interagir avec d’autres étudiants pour réaliser un projet logiciel pour des entreprises souvent renommées. Le fait de jouer le rôle de mentor est aussi assez intéressant, car il rajoute de nouvelles responsabilités et change la manière dont vous approchez le projet.

De bonnes capacités de gestion vous seront souvent nécessaires, pour organiser le projet et coordonner tous les étudiants, sachant que les dates limites approchent souvent très vite. Il faut aussi réussir à s’en sortir sans les élèves qui ne s’impliquent pas de tout dans le projet, ce qui peut rapidement tout compliquer.

La grande majorité de la matière consiste en des réunions de groupe hebdomadaires permettant de faire le point de l’avancement du projet et de donner les nouvelles directives pour la prochaine semaine. Cela implique du travail personnel à fournir pour que tout le projet avance à temps. Il y a quelques séances de cours où les professeurs vous expliquent les principales directives et dates limites pour le stage, et vous aident à gérer l’aspect mentor de la matière.

S’il vous est parfois difficile de comprendre certains de vos collègues, n’hésitez pas à les faire répéter. Créer un Google Group aide aussi pas mal à ne pas être perdu par rapport au projet.

J’ai travaillé sur un projet de développement web+Android: un site en PHP et une application mobile qui intéragissent pour exploiter une base de données, en se basant sur des API Google Maps et de lecture de QR codes. J’ai travaillé dans un groupe de 7 étudiants, nous bénéficions d’une très bonne entente et c’était donc une expérience agréable. Quelques points négatifs à signaler tout de même: parfois certains étudiants ne participent pas du tout, attention à ne pas accumuler de retard sur l’ensemble du projet donc! Nous avons du rattraper un gros retard sur la fin de la période de développement, ce qui peut s’avérer difficile à réaliser puisque les élèves n’ont pas tous le même emploi du temps. Attention aux communications avec le client aussi, parfois il peut rester injoignable ou carrément changer les spécifications du projet au milieu du développement. Un document de spécifications est rédigé au début du projet, travaillez le bien et faites le bien lire à votre client pour être sûr que vous vous êtes bien compris sur ses attentes, en lui faisant comprendre qu’il ne pourra pas les modifier en cours de développement.

Au final cela reste une très bonne expérience, assez similaire au projet de Master 1, mais avec des Irlandais.

Témoignage de Baptiste

J’ai pour ma part travaillé dans le cadre d’un projet pour IBM avec 3 autres mentor et 3 mentee. Le projet concernait le développement d’un module web qui permettrait au développeur d’IBM de pouvoir uploader des rapports sur la gestion de chaque projet au sein de l’entreprise. Les manager de leur côté peuvent générer des statistiques afin de déterminer la performance général de chaque secteur de l’entreprise.

Le côté organisationel de notre groupe n’était pas vraiment ce que l’on pourrait appeler un modèle, étant donné que nous changions constamment les couples mentor/mentee afin de répondre au mieux aux attentes du client.  Le travail de mentor a globalement consisté à conseiller les mentee dans leur approche de la programmation (En général les mentee n’ont presque aucune expérience), il est donc très interessant d’expérimenter le côté pédagogique de ce cours.

Travailler pour IBM n’a jamais vraiment été une contrainte pour nous, notre contacte au sein de l’entreprise étant presque tout le temps disponible par email, il pouvait nous donner des conseils presque en temps réel. Les rencontres avec eux se sont toujours bien passés, les dialogues toujours constructifs.

Témoignage d'Alexandre

J'ai été affecté assez tard dans un groupe, et le projet a mis un certain temps à se dessiner. Il s'agissait de créer un site d'e-commerce pour Gradinata, une entreprise qui vend des épices venant des Balkans et des pays baltes. Notre contact était un professeur de Trinity, très excentrique mais également peu exigeant sur les fonctionnalités.

Notre groupe était composé de trois mentors, dont je faisais partie, et trois mentees. On a pu se répartir les tâches assez facilement. Ma mentee et moi étions chargés du front-end de la partie client du site, nous devions par exemple nous occuper de l'affichage des produits, du panier dynamique, du système de notation et du template du site.

Le codage se déroulait généralement en autonomie, avec tout de même des réunions hebdomadaires pour discuter de notre avancements et des nouveaux objectifs.